By Jean-François Gayraud

Les guerres financières existent.

Ce sont de vraies guerres qui tuent et paupérisent les peuples, comme on l’a vu en Grèce. Cette scenario stratégique inédite s’explique par los angeles nouvelle puissance des acteurs financiers : banques d’affaires, fonds d’investissements, milliardaires de Wall Street.

Depuis les années 1980, une finance dérégulée, mondialisée et en partie toxique s’est bâti de vastes principautés immatérielles, surplombant les économies et lançant des raids sur des États captifs et des populations tétanisées. Malgré sa responsabilité dans l. a. crise de 2008, los angeles finance-puissance proceed d’étendre son emprise, dans l’ombre, usant de stratégies empruntant à l’art de l. a. guerre.

Ce livre en décrypte les ruses et les tactiques. Au-delà, il donne au citoyen des raisons d’espérer : il existe des moyens pour libérer les États et les peuples de ce Léviathan d’un style nouveau. Là où l. a. Grèce a dû plier face aux banques, l’Islande a su s’extirper du joug de l. a. haute finance par une revolt démocratique.

Show description

Read or Download L’Art de la guerre financière PDF

Best french_1 books

Infirmier en milieu carcéral

Soigner des personnes qui ont commis des actes répréhensibles et qui dès lors, ont été mises au ban de los angeles société, demande de los angeles half du soignant un réel engagement, sans aucune discrimination et dans le admire des règles déontologiques. Cet engagement, véritable choix professionnel, ne va pas sans poser des questions.

Extra info for L’Art de la guerre financière

Sample text

Il ne restait plus en effet à ce système que la vampirisation cynique des pauvres pour poursuivre sa course folle. La conséquence la plus troublante de cette crise aura été la capacité de rétablissement de la haute finance dans son imperium, et ce malgré son écrasante responsabilité dans son déclenchement. Comme si la paupérisation des populations et celle des États qui en a résulté n’avaient été qu’un « dommage collatéral » et un incident de parcours vite oublié dans sa marche victorieuse à peine interrompue.

La faillite de l’État grec aurait eu l’effet d’une bombe à fragmentation au sein du système bancaire européen. Pour faire avaler la pilule aux contribuables européens, il fallait donc un grand récit mensonger pour faire accroire qu’il s’agissait d’un problème de dette publique alors que nous étions confrontés à l’origine à une dette bancaire. Avec ces grandes migrations, le poids des dettes privées est au final supporté par des entités publiques, donc des contribuables/citoyens. Une providentielle alchimie transforme de mauvaises dettes en fardeau public : une version moderne de la transmutation du plomb (les mauvaises dettes) en or (le sauvetage des institutions financières).

Ou bien faut-il décrypter cette aporie de la manière suivante : les interventions du Léviathan sont insupportables, sauf pour sauver la haute finance fautive. Dans l’histoire, la guerre aux pauvres connaît son heure de gloire chaque fois que le Capital est libre de proposer aux basses classes des prêts prédateurs et de déréglementer avec excès les marchés : la crise des subprimes a apporté une démonstration éclatante de la puissance de ces armes sur des populations naïves. Il n’est pas nécessaire de s’y attarder tant les preuves abondent désormais.

Download PDF sample

Rated 4.58 of 5 – based on 8 votes