By André Vaillant

Show description

Read or Download Grammaire comparée des langues slaves. Tome II, Morphologie. Deuxième partie, Flexion pronominale PDF

Best french_1 books

Infirmier en milieu carcéral

Soigner des personnes qui ont commis des actes répréhensibles et qui dès lors, ont été mises au ban de l. a. société, demande de los angeles half du soignant un réel engagement, sans aucune discrimination et dans le appreciate des règles déontologiques. Cet engagement, véritable choix professionnel, ne va pas sans poser des questions.

Extra info for Grammaire comparée des langues slaves. Tome II, Morphologie. Deuxième partie, Flexion pronominale

Sample text

Aux cas obliques, gén. , le sens est négatif, « il n'y a personne, rien », plus fort que celui de niktô (ukr. nixtô), niëtô (ukr. niscô) «personne, rien ». La préposition s'intercale entre ne-, ni- et l'élément pronominal : né ot kogo, ni u kogô. . Pour v. si. kûzïdo, le russe a kdzdyj «chaque, chacun», dial. kâz(d)nyj, et l'ukrainien a kôzdyj, kôznyj. La flexion du premier terme a été reportée sur la finale, directement ou au moyen d'un adjectif dérivé en *-ïnû, et l'on voit de même v. si. ize kolizïdo « quiconque » se transformer en v.

Gyl réduit de govoril « il dit ». Bulgare. Il y a deux jeux de démonstratifs, lôz(i) et tôja « celui-ci », ônzi et ônja « celui-là ». Le pronom ov- a disparu, et de même v. si. sï, que la langue commune bulgare ne conserve que dans des formes adverbiales comme séga «maintenant» (§ 326), et dans la série d & dnes, nostés, Ijâtos, esenés, zimâs. Mais s- s'est maintenu dialectalement en bulgare, dans les 1 parlers des Rhodopes, et d'autre part en macédonien, dans le dialecte d'Albanie (soj) ; et le macédonien a développé ov- comme démonstratif de l'objet proche, sous, l'influence du serbe.

L'élément le n'est pas de même origine que tch. -hle et ne représente pas une réduction de glçj « regarde » : c'est la particule le, avec diverses valeurs expressives, « seulement », « allons », de lë, forme abrégée de v. si. jelë (§ 325). En serbo-croate, Ijë, qui n'est plus usuel, était d'emploi très étendu à date ancienne, et pouvait servir à renforcer les démonstratifs, ainsi li oni « justement celui-là » en vieux cakavien. Le démonstratif QV, oui ne s'est maintenu en slovène que dialectalement, au sens de « celui-là », et de « celui-ci » au contact du croate (§ 231).

Download PDF sample

Rated 4.96 of 5 – based on 25 votes